Son audition devant la Commission d’enquête sur la drogue était très attendue. Pendant environ deux heures, l’avocate Tisha Shamloll a détaillé ses relations avec des trafiquants de drogue notoires. Pour elle, Raouf Gulbul lui a mis les pieds à l’étrier pour se faire un nom dans ce genre d’affaires. Notamment en donnant son numéro au trafiquant Peroomal Veeren. Shamloll restera régulièrement en contact avec ce dernier mais aussi avec plusieurs autres détenus condamnés pour des délits similaires.

A Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, elle explique n’avoir pas été la «pupille» de l’avocat proche du MSM. Mais que dès 2013, elle s’est liée d’amitié avec l’avocat. S’ensuivront des échanges de bons procédés. La juriste dit avoir été aidée dans ses dossiers par son senior. «Je l’ai aussi aidé dans ses recherches», poursuit-elle en précisant qu’ils se voyaient presque tous les jours.

Selon Shamloll, elle a même agi en tant que junior de Gulbul lorsque celui-ci a représenté Fazal Hussein, un ressortissant indien arrêté pour trafic de drogue. Pour étayer ses dires, l’avocate a remis une série de documents à la commission d’enquête.

L’avocate explique que leur collaboration ne s’est pas arrêtée là. Gulbul lui aurait, en effet, demandé de déposer de l’argent (Rs 5 000) sur le compte de son client. Elle dit l’avoir fait car ayant confiance en son senior. Elle a transféré de l’argent sur le compte de Hussein en deux autres occasions, à la demande des parents de celui-ci, restés en Inde. Shamloll explique n’avoir compris que l’année dernière que ce type de transaction constitue un délit.

L’ex-juge enchaîne en expliquant que la commission a appris que des trafiquants de drogue ont financé la campagne de certains candidats en 2014. Il demande alors à Shamloll de confirmer si elle a fait campagne pour son senior. Oui, répond-elle en remettant une photo prise durant la campagne de 2014 la montrant en compagnie de Gulbul. Lam Shang Leen revient à la charge et lui demande si des trafiquants de drogue ont financé la campagne de Gulbul. «Je ne sais pas», explique Shamloll en précisant que c’est l’avocat Noor Hosseny qui s’occupait du financement de la campagne de l’avocat.

Le nombre important d’affaires de drogues plaidées par Tisha Shamloll a aussi attisé l’intérêt du président de la commission d’enquête. «Comment avez-vous fait pour devenir l’avocat de si nombreux trafiquants de drogue ? Vous n’êtes qu’une junior», questionne Paul Lam Shang Leen. «Veeren m’a dit qu’il a eu mon numéro à travers mon senior», explique-t-elle. «Donc, vous étiez son avocate ?» questionne l’ancien juge. Shamloll nie, précisant qu’elle ne faisait que «suivre les instructions» de Gulbul. «J’avais sa bénédiction.»

C’est désormais l’argent de Shamloll qui intéresse la commission. Lam Shang Leen explique que le compte bancaire de l’avocate sera examiné. Car étant une junior, sa situation financière est excellente. «Cela veut dire que vous êtes bien payée», s’interroge le président de la commission. Le sourire aux lèvres, l’avocate explique n’avoir pas défendu que des trafiquants de drogue dans sa courte carrière.

Lam Shang Leen tente d’en savoir un peu plus sur la relation Shamloll-Gulbul. Ont-ils déjà voyagé ensemble ? Oui, confirme la juriste en expliquant qu’elle ne donnera des détails qu’en chambre. Elle redonne la même réponse quand l’ancien juge lui demande si elle a reçu des pressions avant de venir à son audition.

La commission d’enquête sur la drogue a écouté Tisha Shamloll in camera pendant près de trois quarts d’heure ensuite.

Ce jeudi 6 juillet, Sanjeev Teeluckdharry sera auditionné par la commission. Raouf Gulbul ainsi que d’autres ténors du barreau devraient être appelés devant Lam Shang Leen les jours suivants.