Follow Us On

Slider

La destruction des maisons et autres bâtiments amiantés ne peut se faire au petit bonheur et surtout pas pour en tirer un capital politique, insiste Reeaz Chuttoo. Un National Monitoring Committee est essentiel afin d’assurer le suivi d’un protocole adapté, a écrit le président de la Confédération des travailleurs des secteurs privé et public (CTSP) au ministre de la Sécurité sociale et de l’Environnement (voir plus bas). La CTSP, qui mène cette bataille pour le désamiantage depuis des années, réclame d’y être inclus.

La démolition de maisons de type cité EDC/ex-CHA a déjà démarré, selon Reeaz Chuttoo. Il faut impérativement établir une feuille de route, souligne-t-il. Car en plus des quelque 2 200 domiciles identifiés, d’autres structures, à l’exemple de certains bâtiments de l’hôpital Victoria à Candos, doivent aussi être désamiantées.

Les cités EDC sont réparties dans 43 sites à travers l’île, rappelle Reeaz Chuttoo, et un comité national avait été mis sur pied en 2015.

Les habitants ont manifesté à de nombreuses reprises, rejoints notamment par le parti politique Lalit pour réclamer le désamiantage de leurs maisons.

Photo : Sahadev Goolaub vit dans une maison aux plaques d’amiante à Rivière-des-Galets – août 2018.

Voir aussi notre reportage grand format Désamiantage : La longue attente des habitants des cités EDC

Demolition of houses containing asbestos: The CTSP demands a National Monitoring Committee by ION News on Scribd

Facebook Comments