Breaking news
  • No posts were found

Tag "sir anerood jugnauth"

Ramgoolam lance une nouvelle pique à SAJ

La guerre des mots n’en finit plus. Sir Anerood Jugnauth a encore une fois été la cible de Navin Ramgoolam hier à Ganga Talao. Celui-ci réagissait de manière détournée à une réplique cinglante de SAJ à son égard, samedi dernier. Les deux hommes se livrent, depuis deux semaines, à une guerre à distance par déclarations de presse interposées.

[Vidéo] Ramgoolam évoque les chefs d’Etat illettrés : réplique cinglante de SAJ

Sir Anerood Jugnauth n’a que très peu apprécié l’allusion du Premier ministre aux chefs d’Etat insuffisamment « cultivés », voire « illettrés ». Le leader du Remake de 2000 a donc profité de la conférence de presse de ce samedi pour régler ses comptes avec Navin Ramgoolam. Puisque certains des propos tenus par SAJ sont potentiellement diffamatoires, nous avons décidé de ne pas les diffuser. Toutefois, au lieu d’utiliser des « beeps » intempestifs pour occulter les

[Vidéo] D.Y. Patil : Face aux attaques, le PTr défend Bundhoo mais oublie Jeetah

Si Rajesh Jeetah et Lormus Bundhoo en prennent pour leur grade dans l’affaire Dr D.Y. Patil Medical School, c’est surtout le Premier ministre que le Remake de 2000 tient pour responsable de la situation. Sir Anerood Jugnauth affirme ainsi que s’il était au pouvoir,  c’est « à coup de pied » qu’il aurait limogé les ministres de la santé et de l’enseignement supérieur. Face aux attaques, le PTr joue profil bas. Le président

[Vidéo] Remake : « Cliniquement mort » pour le PTr, « Pas de macadam », assure Bérenger

Le leader du MMM affirme que les discussions entre le MSM et son parti vont « très bien » et révèle qu’il ne reste plus ou moins que la question de la réforme électorale à finaliser entre les deux partenaires du Remake de 2000. Le Parti travailliste n’a pas toutefois la même lecture. Pour son président, Patrick Assirvaden, les militants mauves sont dans le « désarroi  » à la suite des déclarations de

[Vidéo] Ramgoolam : « Le vote est communal à Maurice, il faut le reconnaître »

Le Premier ministre a profité de l’inauguration de la maison de la culture chinoise, à Baie-du-Tombeau aujourd’hui, pour régler quelques comptes avec son adversaire, sir Anerood Jugnauth. Ramgoolam accuse ce dernier d’avoir délaissé la circonscription Pamplemousses- Triolet lorsqu’il était Premier ministre parce que les électeurs y avaient plébiscité le leader du Parti Trtvailliste lors des élections de 2000.

[Vidéo] La peine de mort divise les partis

La question de la peine capitale est revenue au centre de l’actualité à la suite de plusieurs crimes violents commis depuis le début de l’année. Tandis que sir Anerood Jugnauth ne fait aucun mystère sur sa volonté de la rétablir, le MMM dit vouloir laisser chacun de ses députés décider selon son opinion. Le Parti travailliste, à travers Patrick Assirvaden, explique lui ne pas vouloir politiser le débat tout en

Météo politique (II)

Il y a un peu plus de cinq ans, l’objectif de Navin Ramgoolam était de prévenir une alliance MSM-MMM « at all costs ». Désormais, c’est le remake de 2000 que le Premier ministre doit faire éclater à tout prix. Car malgré ses fanfaronnades, Navin Ramgoolam ne peut nier l’évidence : se retrouver face au tandem sir Anerood Jugnauth (SAJ)/Paul Bérenger lors d’une prochaine élection générale comporte des risques. Ramgoolam se décrit volontiers

<div id="su-footer-links" style="text-align: center;"></div>