Xavier Duval veut des détails sur les mesures prises pour empêcher toute pénurie de carburants. Ashit Gungah avait, le samedi 2 décembre, affirmé que toutes les dispositions ont été prises. Sans préciser lesquelles. Cela suivant le recours par Betamax à la justice indienne dans le litige qui l’oppose à la State Trading Corporation.

Après une première audience ce lundi 4 décembre, la STC doit faire connaître sa position aujourd’hui, en Haute Cour de Karnataka. Sa réponse – si elle accepte ou non de fournir la garantie bancaire – déterminera si le Pacific Diamond pourra quitter Mangalore avec son chargement de 40 000 de carburants à destination de Maurice. Ou si l’ordre intérimaire qui le tient à quai sera étendu.

Dans les milieux concernés, on évoque la possibilité de se tourner vers d’autres marchés que l’Inde pour assurer le «continuous flow» de carburants.

Betamax se défend d’être «antipatriotique», ainsi que l’accuse le gouvernement. Affirmant ne voulant que le «respect de l’esprit arbitral» par la compagnie d’Etat. Dans un communiqué émis hier, Veekram Bhunjun estime que «le contribuable paiera cher l’entêtement» de la STC. Ajoutant que si elle tourne vers d’autres marchés pour s’approvisionner en carburants, «la note sera alors très salée».