Slider

Follow Us On

Slider

«Le Privy Council s’est appuyé complètement sur la volte-face de l’ICAC» dans son jugement, conclut Paul Bérenger en citant les paragraphes 40 et 41. En faisant un virage à 180˚, la Commission anticorruption a offert une «porte de sortie» au Conseil privé de la reine, estime le leader du MMM. «En tout cas, au MMM, rien ne change : okenn koze lalians. Et je reconfirme que nous allons seuls aux prochaines élections», a réaffirmé chef des mauves.

Le jugement «aide» certes Pravind Jugnauth, «mais l’affaire Medpoint reste l’affaire Medpoint», a lancé Paul Bérenger. En rappelant qu’il y a «manipulation» de l’appel d’offres. C’est «de bonne guerre» que le MSM se serve de ce jugement «au maximum», a-t-il déclaré. Il s’est cependant dit étonné que les «manifestations» organisées le mardi 26 février n’aient pas été plus conséquentes.

«Tant mieux» si le jugement du Privy Council amène Pravind Jugnauth et le gouvernement à organiser des élections plus tôt que prévu, mais Paul Bérenger n’y croit pas. Il pense plutôt que le Premier ministre Pravind Jugnauth proposera un Budget «labous dou», électoraliste, malgré une situation économique «qui se dégrade».

Paul Bérenger était face à la presse le mercredi 27 février. Il avait aussi abordé l’avis consultatif de la Cour internationale de justice sur les Chagos, tombé le même jour que le jugement du Conseil privé de la Reine dans l’affaire Medpoint.

Facebook Comments