Slider

Follow Us On

Slider

Le parti au papillon est «plus que prêt» pour les législatives du 7 novembre, bien que «déçu» que la campagne sera brève et sur le mode «kwi, vide». Kugan Parapen, de Rezistans ek Alternativ (ReA), y voit là un «signe de faiblesse» du gouvernement de Pravind Jugnauth. En rappelant que la question de la déclaration de l’appartenance ethnique n’a toujours pas été résolue.

Si les candidatures de ses membres sont refusées lors du «Nomination Day», le mardi 22 octobre, Rezistans ek Alternativ compte saisir à nouveau la justice. En espérant que la Cour suprême tranchera alors dans les plus brefs délais.

Rezistans ek Alternativ devrait présenter sa liste de candidats et son programme électoral le même jour. Pour ce qui est des pourparlers avec d’autres formations de gauche, cette stratégie devrait être plus claire d’ici la fin de la semaine.

La plainte constitutionnelle de ReA contestant l’obligation faite aux candidats aux élections de déclarer leur appartenance ethnique est entendue par le full bench de la Cour suprême. Le Chef juge, dont la présence était contestée par l’Etat et l’Electoral Supervisory Commission, a refusé de se récuser. ReA est dans l’attente d’une date d’audience à laquelle les débats devraient enfin débuter.

Cette plainte fait suite aux conclusions du Comité des Droits de l’homme des Nations unies, le 4 septembre 2012. Cette instance avait donné raison à Rezistans ek Alternativ et au Blok 104. Ces derniers lui avaient demandé de déterminer si le refus de candidatures aux législatives pour non-déclaration de l’appartenance ethnique constituait une atteinte aux droits civiques. L’Etat avait alors été sommé de soumettre des propositions concrètes pour mettre un terme à cette pratique, sur laquelle le Best Loser System est basé.

En attendant des propositions de réforme électorale, le gouvernement avait présenté et fait adopter un mini amendement à la Constitution. Une exception qui avait permis à environ un tiers des candidats de ne pas déclarer leur appartenance ethnique sans toucher à la désignation des Best Losers sur une base ethnique. Une exception qui n’a pas été prévue avant la dissolution du Parlement par le Premier ministre Pravind Jugnauth et son équipe.

Facebook Comments