C’est la grogne du côté des Casinos de Maurice. Le syndicat entend mobiliser les employés lors d’une manifestation, le vendredi 18 mai, à Port-Louis, devant le siège de la State Investment Corporation. Et une seconde le 23, à Curepipe devant les bureaux administratifs des casinos. Les griefs : les négociations salariales qui n’avancent pas, ainsi que la suspension de deux membres de la Casino Employees Union, qui attendent la tenue du comité disciplinaire.

Les syndicalistes sont très remontés. Fustigeant les «nominés politiques» qui, disent-ils, sont des incompétents. La CEU s’étonne ainsi que la direction refuse toujours de considérer les 12% d’augmentation salariale qu’a proposée le syndicat. Alors que le nouveau directeur général de la SIC aurait demandé une majoration conséquente de son salaire. Et que d’autres ont vu leurs paies doubler.

Joint au téléphone, Prem Beejan dit ne pas vouloir polémiquer avec les membres du syndicat. Toutefois, précise le Managing Director de la SIC, «certaines choses qu’ils ont dites ne sont pas vraies». «A aucun moment, ni en écrit, ni de manière verbale, je n’ai proposé 4% d’augmentation salariale», affirme Beejan.

Il rappelle qu’un commissaire des salaires, en la personne de Beejaye Coomar Appana, a été nommé sur cette question il y a deux semaines. Celui-ci a besoin de temps pour travailler sur la révision salariale, et de la coopération de tous, souligne Beejan.

Qu’en est-il de son salaire. Le Managing Director s’abstient de tout commentaire : «Ce n’est pas le forum approprié.»

Pour ce qui est du comité disciplinaire institué contre les deux employés syndicalistes, Prem Beejan le répète : «Il faut respecter cette entité et la laisser faire son travail.» Même si le ministère du Travail a déjà donné sa position.