Follow Us On

Slider

Les critiques ont plu devant le silence d’Ameenah Gurib-Fakim alors que la grogne quant aux propos racistes de Showkutally Soodhun enflait, la semaine dernière. «Il y a beaucoup de choses que je ne peux pas dire», a-t-elle déclaré aujourd’hui. «Mais le travail se fait», a affirmé la présidente de la République aux religieux conviés à la State House.

«Beaucoup de gens ont travaillé dans l’ombre pour calmer les choses» la semaine dernière, a-t-elle assuré. Interrogé sur son mutisme, Gurib-Fakim fait ressortir le droit de réserve rattaché à son poste. Mais assure : «Je prends des actions (…) discrètement.»

Et de faire référence au président français Emmanuel Macron, plutôt rare dans les médias : «La parole de la présidence se fait rare mais longue.»

Les Mauriciens, rappelle Ameenah Gurib-Fakim, ont toujours été solidaires face à l’intolérance et à la violence. Aux religieux venus à sa rencontre, elle réitère la nécessité d’un retour aux «valeurs d’antan», comme le respect et l’entraide. Mais aussi le dialogue. Tout comme une intransigeance face aux propos sectaires et contre les femmes.

Facebook Comments