Le leader du MMM a peu apprécié l’attitude de Xavier Duval et du PMSD vis-à-vis de Rodrigues. Paul Bérenger estime même qu’à travers sa Private Notice Question, le leader de l’opposition «manque de respect à l’autonomie» de Rodrigues.

Duval, selon Bérenger, ne «comprend pas la distance parcourue» sur cette question.

Abordant la grève de la faim envisagée par des employés licenciés par la Mauritius Duty Free Paradise, dit comprendre et partager «l’indignation» de Jack Bizlall. Le syndicaliste, souligne-t-il, «n’agit jamais à la légère».

Le leader du MMM dit toutefois noter une certaine «bonne volonté du ministre» sur le sort de cette vingtaine d’employés licenciés fin mai. «La responsabilité de Pravind Jugnauth est engagée totalement», insiste Bérenger. D’une part car la MDFP est sous la responsabilité des Finances. Et d’autre part car le président du conseil d’administration est membre du MSM, que dirige Jugnauth.

Evoquant les travaux au Parlement, Bérenger se réjouit de la «détente» constatée cette semaine. Le résultat, dit-il, de la décision du gouvernement de ne pas forcer le vote du Finance Bill lors de la séance du mardi 11 juillet.

Bérenger salue également la décision de la Speaker de ne pas céder la présidence des travaux à Sanjeev Teeluckdharry durant un certain temps. Le Deputy Speaker a été convoqué, le 6 juillet, par la commission Lam Shang Leen.

Revenant sur la polémique entre Ravi Rutnah et Aadil Ameer Meea, Bérenger justifie la question du député de Port-Louis Maritime/Est pen invoquant un «devoir de méfiance». Au vu des nombreux «cover-up» qui marquent le mandat de ce gouvernement. Des membres du gouvernement réclament la démission d’Ameer Meea suivant sa question parlementaire sur l’épouse de Ravi Rutnah et le fait qu’elle aurait bénéficié de l’aide de l’Etat pour des soins à l’étranger. Une information démentie par les ministres Husnoo et Sinatambou, mardi dernier.

Ivan Collendavelloo a accusé Ameer Meea, de vouloir persister à nuire à la réputation de Rutnah.