Quantum Global (QG), victime des actions du Fonds souverain angolais à son encontre ? C’est ce qu’avance le groupe fondé par Jean-Claude Bastos de Morais, qui annonce avoir fait une demande de révision judiciaire. «La FIU et la FSC se sont laissé entraîner dans un litige commercial entre Quantum Global et son client, le Fonds souverain angolais connu sous le nom de Fundo Soberano de Angola (FSDEA)», est-il écrit dans un communiqué reçu dans les rédactions, le vendredi 11 mai.

Suivant le limogeage de José Filomeno Dos Santos de la tête du FSDEA en janvier, le gouvernement angolais a tenté de mettre fin au contrat avec Quantum Global. «Quand sa première tentative a échoué, il semble que le gouvernement angolais a convaincu les autorités mauriciennes d’entamer des procédures légales contre Quantum Global», lit-on dans le communiqué. L’Angola a, en outre, saisi la Haute Cour britannique, «qui a ordonné un gel effectif à travers le monde».

Or, la Financial Intelligence Unit (FIU) a fait gelé les comptes du groupe «sur la base de déclarations qu’elle n’est pas en mesure d’étayer», fait valoir QG dans sa demande de révision judiciaire. Sans compter que l’équipe légale de QG attend toujours de recevoir l’affidavit de la FIU. Le groupe maintient que la décision de la Financial Services Commission (FSC) de suspendre les permis de ses sept fonds d’investissements, à travers lesquels il gérait 7 milliards de dollars de la FSDEA, est «illégale» et «en violation des droits humains fondamentaux et du principe de droit».

La FSC s’est aussi lancée dans une «pêche aux informations» sur QG pour «pour justifier son action réglementaire après les faits», selon Quantum Global.

Le groupe rappelle qu’il compte initier des procédures d’arbitrage dans cette affaire si celle-ci n’est pas résolu dans six mois.

 

Quantum Global Seeks Judicial Review of Actions Initiated by FSC_11May18_v8 by ION News on Scribd