Si la situation des 135 228 détenteurs d’une police d’assurance de la British American Insurance est régularisée avec la création prochaine de la National Insurance Company Ltd, celle des 24 690 détenteurs d’un plan Super Cash Back Gold (SCBG) demeure des plus incertaines. C’est ce qu’a expliqué, ce lundi, le ministre de la Bonne gouvernance lors d’une conférence de presse marathon. A l’aide des résultats financiers du groupe BAI et de l’organigramme des différentes sociétés appartenant à Dawood Rawat, Bhadain a dressé le portrait de ce qu’il confirme être un Ponzi d’au moins Rs 25 milliards et qui aurait pu frôler les Rs 50 milliards.

Selon Roshi Bhadain, les jeux comptables et la multiplication des sociétés au sein de la galaxie des affaires de Dawood Rawat ont créé un trou de plus Rs 19 milliards. Ce déficit, causé par l’évaporation des contributions des clients SCBG, a servi, dit le ministre de la Bonne gouvernance, à acquérir des biens en Italie, en Grande-Bretagne, à Malte, aux Etats-Unis, en Croatie, en Roumanie pour le compte de la famille Rawat.

Le gouvernement, estime Bhadain, travaillait déjà sur des formules afin de venir en aide aux détenteurs de plans SCBG. La nomination d’un administrateur par BA Investment en vertu de l’Insolvency Act est toutefois venue compliquer la tâche des administrateurs déjà nommés par la Financial Services Commission, argue le ministre.