L’ancien ministre des infrastructures publiques affirme que le précédent gouvernement a eu raison d’allouer des contrats de travaux publics en urgence afin de gérer l’évacuation des eaux après les pluies torrentielles. Anil Bachoo accuse même le gouvernement actuel de ne pas avoir poursuivi sur la voie tracée et de n’avoir su trouvé de solutions aux problèmes d’inondations qui surviennent depuis 2013 à Fond-du-Sac notamment.

Confronté aux critiques des personnes qui jugent sa prise de position « indécente », car c’est sous le gouvernement Ramgoolam que le pays a eu à déplorer 11 morts des suites de l’inondation de mars 2013, Bachoo explique que c’est quand il a été confronté au phénomène de « flash flood » que le précédent gouvernement a pris la mesure des nouveaux dangers liés au dérèglement climatique.

L’ancien ministre travailliste a été arrêté en novembre 2015 dans le cadre de l’enquête sur l’attribution des contrats en urgence par la National Development Unit à la suite des inondations meurtrières de mars 2013. Deux accusations pèsent contre Anil Bachoo: « conspiracy » et « public official using his office for gratification ».