Slider

Follow Us On

Slider

Les suspects arrêtés ou condamnés pour des délits de drogue (hormis la consommation) ou des agressions sexuelles contre un enfant ou une personne handicapée n’ont pas droit à la liberté conditionnelle ou une remise de peine. C’est ce que dispose l’article 51A de la «Reform Institutions Act». Des amendements sont à l’étude pour que ces provisions soient étendues aux affaires de meurtre. C’est ce qu’a indiqué sir Anerood Jugnauth à l’Assemblée nationale, le mardi 14 mai.

Le ministre mentor répondait à une question de Malini Sewocksingh, députée du PMSD.

Facebook Comments