Slider

Follow Us On

Slider

Kaushik Jadunundun collectionne les casseroles. Après avoir été l’objet d’une plainte de la part du photographe Jameel Peerally le samedi 18 avril, il a de nouveau été accusé d’incitation à la haine raciale par le député Eshan Joomun ce lundi 20 avril pour des Facebook Live qu’il a réalisés en plein couvre-feu sanitaire le mois dernier.

Assisté de l’avocate Lovena Sowkhee, ce membre du Parti travailliste (PTr) accuse l’activiste du Mouvement socialiste militant (MSM) d’avoir tenu des propos s’attaquant à son intégrité. Notamment lorsque celui-ci a affirmé dans un langage fleuri que deux députés de l’opposition sont en train de répandre des rumeurs afin qu’une bagarre raciale éclate dans le pays.

Eshan Juman dit être visé dans les déclarations de Kaushik Jadunundun étant donné que celui-ci a mentionné un député de la circonscription no°3 et qu’il est celui qui a annoncé qu’il fera don de son salaire de député au Covid-19 Solidarity Fund. Il déclare également que les propos de Kaushik Jadunundun font comprendre que celui-ci entretient des liens étroits avec le Premier ministre Pravind Jugnauth et avec les enquêteurs de la Cybercrime Unit du Central Criminal Investigation Department (CCID).

Ces déclarations, dit-il, ont fait croire qu’il pouvait être facilement interpellé et qu’il n’est pas un homme crédible pour siéger comme député. Il se dit «humilié» par de tels propos qui auraient pu, par la même occasion, mettre à mal l’harmonie et l’ordre dans le pays. Il invite le CCID à se rendre au domicile de Kaushik Jadunundun pour vérifier que c’est bien là-bas qu’il a tourné ses Facebook Live.

Eshan Juman dit aussi craindre que ce membre du conseil d’administration de l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA) ne pirate ses comptes de messageries en ligne ainsi que sa page Facebook. Il a tenu à faire ressortir que si tel est le cas, Kaushik Jadunundun devra être considéré comme le premier suspect.

Il demande aussi CCID d’établir si l’ICTA a commis des actions illégales, notamment parce que Kaushik Jadunundun est assisté d’un avocat de l’organisme. A sa sortie des Casernes centrales, Eshan Juman annonce des poursuites au civil contre Kaushik Jadunundun et contre l’ICTA. Il invite également le Premier ministre à démettre cet individu comme membre du conseil d’administration de cet organisme.

Facebook Comments