Le respect de l’orientation sexuelle et de l’identité du genre. Qu’en est-il à Maurice ? Vijay Ramanjooloo, psychologue, jette un faisceau de lumière sur la perception des Mauriciens sur les personnes LGBT. « Plusieurs formes de discrimination basée sur le genre subsistent dans la société mauricienne », dit-il.

Est-ce que la communauté LGBT est toujours mal vue ?

Il y a eu des progrès concernant ce que nous appelons la communauté homosexuelle, transgenre, etc. Par exemple, nous avons une ONG qui est le Collectif Arc-en-Ciel. C’est un espace où les personnes de la communauté peuvent se retrouver. Elles peuvent aussi parler avec un psychologue afin de faire un travail sur soi et d’exprimer les problèmes qu’elles rencontrent avec la famille etc.

Quel est le regard des Mauriciens sur les personnes de la communauté LGBT ?Malheureusement, il y a encore beaucoup de personnes au sein de la société mauricienne qui perçoivent les LGBT comme ‘anormaux’. Il y a toujours ce regard discriminant et stigmatisant qui persiste. Cela crée un mal-être et de la souffrance. D’un point de vue psychologique, c’est compliqué quand on sent un regard négatif sur soi ou quand on n’arrive pas à être accepté comme on est.
Dans ce sens, il y a beaucoup de travail à faire pour que ces Mauriciens comprennent qu’il n’y a pas de mal quand un individu choisit une identité différente à la norme. La société a une tendance à aller vers une orientation hétérosexuelle.

A quel moment une personne prend conscience de son identité sexuelle ?
L’acquisition de l’identité sexuelle se fait souvent pendant l’adolescence et commence à se peaufiner vers l’âge adulte et je crois qu’il est important que nous comprenions que l’adolescent se recherche. Une fois l’âge adulte atteint, l’orientation sexuelle commence à s’affiner et à prendre forme. Si une personne commence à se positionner dans une identité sexuelle que ce soit homosexuelle ou transgenre, il est important de surtout respecter le choix de la personne.

Facebook Comments