Montée annuelle de la mer par 5,5 %. Baisse observée de 11 % des produits aquatiques. Pertes de 2 à 55 % de nos coraux entre 2001 et 2016. Il s’agit d’un bilan de l’état environnemental à Maurice. Et c’est dans ce contexte que le ministre de l’Environnement Kavi Ramano compte présenter le Climate Change Bill ce mardi 3 novembre. Les autorités mauriciennes prévoient également que les ressources en eau pourraient chuter de 13 % d’ici 2050 alors que la production agricole pourrait connaître une baisse de 30 % toujours d’ici 2050.
Le projet de loi sur le changement climatique préconise ainsi essentiellement la création de comités interministériels, d’un département exclusivement dédié au changement climatique ainsi que d’un autre comité. L’objectif commun de ces comités consiste essentiellement à définir des stratégies et plans d’action pour combattre le changement climatique. Ainsi au niveau du comité interministériel qui devrait être présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, le but principal sera de mettre en place des objectifs pour faire de Maurice un pays résilient au changement climatique et aux émissions de carbone. Ce comité pourra également superviser les travaux et progrès réalisés par les différents départements gouvernementaux sur le plan environnemental. En ce qu’il s’agit du département sur le changement climatique, il devrait tomber sous l’autorité d’un directeur, soit un fonctionnaire qui sera recruté par la Public Services Commission (PSC). La mission de ce département consistera à mettre en place une série de procédures qui aideront à réduire l’émission de gaz à effet de serre, compiler des chiffres et éléments d’informations relatifs au changement climatique entre autres.
Si la présentation d’un projet de loi sur le changement climatique est accueillie favorablement par le député du Parti mauricien social-démocrate (PMSD), Kushal Lobine, il considère toutefois que le projet de loi comprend quelques manquements et n’adresse pas plusieurs phénomènes qui touchent directement la population. « Le projet de loi ne préconise aucun plan d’action si le pays venait à être touché par un cyclone de niveau 6 », déplore le député de la circonscription No. 15 (La Caverne/Phoenix). Il soutient que le projet de loi ne dit rien concernant les sinistrés. « Vont-ils devoir continuer à aller s’abriter dans les centres de refuges et se contenter de biscuits et d’eau », ironise-t-il. En somme le député considère que Maurice est encore archaïque dans sa gestion des catastrophes naturelles et que le projet de loi ne propose rien pour répondre à un système dépassé.
Par ailleurs, le Climate Change Bill n’a nullement convaincu les écologistes du collectif Aret Kokin Nu La Plaz (AKNL) qui est d’avis qu’il n’y a aucune mesure pour combattre la destruction du littoral mauricien.

Facebook Comments