Le débat fait rage depuis que le ministère de la Santé a affiché publiquement son intention de revoir la double pratique public-privé pour les médecins. Si officiellement, les autorités veulent traquer les « brebis galeuses », au niveau des médecins spécialistes, on est plus circonspect quant aux intentions réelles.

Un atelier de travail a justement eu lieu sur la question, ce lundi 16 janvier, à Ebène. Les uns et les autres s’attendaient à des discussions houleuses. Mais pas forcément à un walk-out des syndicalistes et des médecins présents à la salle de conférences de la Cybertour.

Ce qui a mis le feu aux poudres alors que la rencontre avait à peine commencé ? La présence de Finlay Salesse. Le journaliste a été désigné pour agir comme modérateur de ce débat. Ce qui n’était pas au goût des syndicalistes Radhakrishna Sadien, Narendranath Gopee et Rashid Imrith.

Au moins la moitié des médecins spécialistes présents, de même que leurs représentants, leur ont emboîté le pas.

Le Dr Bhooshan Ramtohul a tenu à souligner l’action solidaire des trois syndicats de médecins. Le représentant de la Government Medical Consultant in Charge Association a surtout mis en avant le fait que la question de la pratique des médecins du public dans le privé n’aurait pas dû se faire sur la place publique.

De par ses prises de position dans ses émissions, Salesse n’est pas neutre dans ce débat, estiment les auteurs du walk-out. Alors que cet atelier de travail devait servir de plateforme pour obtenir le maximum de points de vue sur la pratique publique-privée, il s’apparente plutôt « à un tribunal populaire », renchérissent les syndicalistes.

Des critiques dont Anil Gayan n’a cure. Le ministre de la Santé fait ainsi ressortir que le walk-out a été effectué par des non-médecins. Malgré le coup d’éclat du début de séance, dit-il, cela a été dans l’ensemble un « très bon débat ».

Le ministre récuse les accusations à l’effet qu’il aurait un agenda caché et que des décisions auraient déjà été prises.