L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) travaille depuis quelques mois déjà sur la mise en place d’un programme Erasmus+ pour la zone océan Indien. Le directeur régional de l’organisme, Philippe Bataille, explique que les formations vont cadrer avec les défis de la transition énergétique et de l’efficacité énergétique.

Présent au 2e Forum régional des énergies durables organisé par la Région Région et la Commission de l’océan Indien à travers le programme Energie à l’île sœur la semaine dernière, Philippe Bataille indique que ce n’est qu’au mois de septembre qu’on sera fixé sur la viabilité du programme. L’ancien directeur de l’École Nationale Supérieure d’architecture de Nantes (ENSA Nantes) avait animé un atelier de travail en novembre dernier à Maurice pour évoquer la nécessité que les établissements d’enseignement supérieur régionaux et européens travaillent main dans la main.

Six établissements régionaux de quatre pays partenaires ont accepté d’y participer. Il s’agit de l’université des Comores (UdC), les Institut Supérieur de Technologie (IST) d’Antsiranana (Diego Suarez) et d’Antananarivo à Madagascar, les universités de Maurice (UoM) et des Mascareignes (UdM) ainsi que l’université des Seychelles. L’on doit y ajouter trois établissements de l’Union européenne : l’université de la Réunion, l’université des Açores, au Portugal, et l’université des Canaries, en Espagne.

La COI est associé à ce projet à travers le programme Energies financé par les fonds Feder de l’Union européenne. S’il est sélectionné, il démarrera en janvier 2020 pour une période de trois ans.