Si la bonne humeur était de mise, ce matin aux Casernes centrales, le mood de Kailash Trilochun et de ses avocats a toutefois changé cet après-midi. En cause : le fait que la police ait refusé l’idée d’une confrontation avec Désiré Candahoo, qui accuse l’homme de loi de lui avoir ordonné d’agresser le président de l’ICTA. Mais aussi, dit Rama Valayden, le fait que son client ait échappé de peu à une arrestation.

« Il est clair que les instructions viennent d’en haut », a lâché Kailash Trilochun à l’issue de son interrogatoire d’un peu plus de quatre heures.

Rama Valayden va plus loin et affirme que l’enquête prend une tournure « politisée ». L’homme de loi se dit « en colère », mais aussi inquiet.