«La commission d’enquête a fait une erreur» en ce qui le concerne. Sanjeev Teeluckdharry entend bien se défendre contre les conclusions du rapport Lam Shang Leen qui le visent. Cela au travers d’une demande de révision judiciaire. C’est d’ailleurs pour avoir les mains libres afin de «pouvoir exercer à plein régime» comme avocat qu’il a préféré démissionner comme Deputy Speaker aujourd’hui.

Il a reçu des appels et du courrier de détenus ? Il est un avocat qui gère, la plupart du temps, des affaires criminelles, rétorque Teeluckdharry. Qui rappelle qu’il a fait jurisprudence sur la question des peines infligées aux personnes condamnées avec l’affaire Ajay Dookee. C’est ce qui explique que des détenus le sollicitent. Or, «la commission semble oublier que les détenus ont des droits», estime Teeluckdharry.

Il incombait d’ailleurs à la commission d’enquête sur les drogues de vérifier auprès des autorités pénitentiaires les appels et courrier qu’il a reçus, poursuit-il. Qui explique que lui-même a détruit des documents au fil des déménagements de son cabinet.

«J’avais du respect pour Lam Shang Leen en tant que juge de la Cour suprême», a encore déclaré Teeluckdharry. «Mais en ce qui concerne ce rapport sur moi, mieux vaut que je ne dise rien.»