Le présent gouvernement a fait de la bonne gouvernance son cheval de bataille. Cela s’applique aussi aux sociétés coopératives, ainsi que l’a déclaré le ministre Sunil Bholah ce matin. Lors de l’inauguration d’un atelier sur la bonne gouvernance destinée à ce secteur.

Faisant allusion à l’affaire Vacoas Popular Mutipurpose Society, le ministre des Coopératives a souligné la nécessité de revoir le cadre légal. Car, dit-il, « des sociétés profitent des loopholes dans la loi pour étendre leurs activités ». Par exemple, en octroyant des prêts, à l’instar des banques, alors qu’elles n’ont pas le permis adéquat.

Dans le cas de société vacoassienne, un audit financier a révélé un trou de plusieurs millions de roupies. Ainsi que divers non performing loans. Son ex-directrice, Kamla Gunness-Purmessur, a été arrêtée ce mardi par le Central Criminal Investigation Department.

Commentant ce cas, Dan Maraye, président de la Glamis Business School et l’un des intervenants lors de l’atelier, est d’avis que le Chief executive officer d’une coopérative ne devrait être en poste que durant deux mandats. Et que la même firme ne devrait pas être chargée d’auditer les comptes pendant plus de cinq années consécutives.

Sunil Bholah a annoncé, ce jeudi, l’introduction d’un projet de loi au Parlement concernant les sociétés coopératives.