La riposte du Chef commissaire de Rodrigues interviendra «le plus vite possible». Sous la forme d’une demande de révision judiciaire «avant trois mois». Serge Clair n’a aucunement l’intention de vivre avec les allégations le visant dans le rapport Lam Shang Leen. «Est-ce vrai tout cela ?» s’interroge le leader de l’Organisation du peuple de Rodrigues.

L’ex-juge avait évoqué deux transferts punitifs d’un agent local de l’Anti-Drug and Smuggling Unit. L’un pour avoir appréhendé Luco Philippe (qui a été garde du corps de Clair) et le second après que le prévenu se soit donné la mort en cellule à l’issue de sa condamnation. Lam Shang Leen fait ressortir dans son rapport que le seul «reported case of political influence of drug trafficking was in Rodrigues».

«Pourquoi Duval veut que je démissionne ? Pour ça ?» ironise encore Serge Clair. Qui balaie la suggestion d’un revers de main. «Le peuple me fait confiance», rétorque le Chef commissaire. Tout comme ses collègues de la majorité à l’Assemblée régionale de Rodrigues qui ont fait preuve d’une «solidarité extraordinaire».

Le Mouvement rodriguais réclamait aussi la démission de Clair dans le sillage de la publication du rapport Lam Shang Leen et avait déposé une motion of no confidence contre le Chef commissaire qui devait être débattue le vendredi 24 août. Le parti avait fini par la retirer.

Serge Clair est à Maurice dans le cadre de la tournée rodriguaise. Le coup d’envoi de cet événement annuel a été donné ce matin, à Port-Louis.