Après le bureau politique de samedi dernier, le MSM s’est à nouveau réuni ce matin.

Les spéculations vont bon train quant à la teneur des discussions, ce matin, au Sun Trust. D’autant que cette rencontre intervient alors que la polémique enfle autour de l’homme d’affaires controversé Álvaro Sobrinho et que des questions se posent quant à son association, à travers Planet Earth Institute, avec la présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim.

Si, au sortir de la réunion, nul n’a pipé mot sur ce qui a été dit, Mahen Jhugroo a, lui, assuré à un confrère de Radio Plus que la rencontre portait sur l’organisation d’un rassemblement pour la journée mondiale des femmes, ce mercredi 8 mars.

Il nous revient que cette réunion interne a, certes, porté sur ce sujet mais qu’elle concernait plus généralement l’organisation du parti. A l’agenda : le meeting du 1er Mai qui se tiendra cette année à Vacoas, et les régionales.

Pravind Jugnauth, Premier ministre et leader du MSM n’était pas présent.

Le Premier ministre et leader du MSM a répliqué, hier, à Paul Bérenger dans l’affaire Álvaro Sobrinho. Demandant au leader des mauves, qui affirme qu’il a une part de responsabilité dans cette affaire, de venir prouver ces allégations.

Xavier Duval a, pour sa part, nié hier que ses fils auraient utilisé l’une ou l’autre des voitures de luxe du Portugais.

Le ministre de la Bonne gouvernance Sudhir Sesungkur a annoncé, durant la semaine écoulée, une enquête pour faire la lumière sur l’octroi, par la Financial Services Commission (FSC), de licences à Álvaro Sobrinho alors que celui-ci a eu des ennuis judiciaires en Angola suite à la chute de la branche de Banco Espirito Santo, dont il était le CEO. Les charges contre l’homme d’affaires angolais avaient été abandonnées mais des articles de presse datant de février dernier ont révélé que le procureur en charge de son dossier a été inculpe, notamment pour avoir touché des pots-de-vin.

Roshi Bhadain a, de son côté, formulé des allegations à l’encontre Sesungkur, qui a laissé sous-entendre que l’ex-ministre de la Bonne gouvernance et son conseiller d’alors, Akilesh Deerpalsing, auraient fait prendre d’ingérence à la FSC.