En faisant l’historique de l’implantation des sociétés d’Alvaro Sobrinho dans l’île, Navin Ramgoolam dit déceler de nombreuses occasions où le milliardaire angolais controversé semble avoir reçu l’aide d’institutions et de personnalités politiques du gouvernement.

Pour le leader du Parti travailliste, c’est pour faire toute la lumière sur ces faits qu’il convient de traduire la présidente de la République devant un tribunal spécial. Toutefois, le chef des rouges prévient que toute la lumière sur les liens de Sobrinho avec Maurice ne pourra être faite que si une commission d’enquête est également instituée pour décortiquer l’implantation de l’homme d’affaires angolais à Maurice.

S’il ne se prononce sur le bien-fondé légal de la commission d’enquête mise sur pied par la présidente de la République, le leader du PTr estime que la présidente de la République a mis l’autorité du Premier ministre en question de manière répétée. Lui administrant des «claques» répétées, notamment sur sa démission (lire ici aussi).