Follow Us On

Slider

Pour le leader du Parti Travailliste (PTr), c’est l’argent des contribuables qui a été utilisé pour enquêter sur lui et lui intenter des procès, sans succès jusqu’ici. Face aux «fausses accusations», Navin Ramgoolam redit sa confiance. Rappelant que jusqu’à présent les 11 procès contre lui ont été rayés. Il pense que le douzième et dernier connaîtra le même sort. Même s’il croit savoir que la commission anticorruption a dépêché ses enquêteurs à l’étranger pour tenter de trouver des preuves contre lui, mais il affirme qu’ils rentreront bredouille.

Pour la dernière charge retenue contre lui dans l’affaire des coffres forts, la justice fera connaitre sa décision le 15 novembre prochain. Ramgoolam est poursuivi pour avoir effectué des transactions en cash dépassant Rs 500 000 en vertu de l’article 5 de la Financial Intelligence and Anti Money Laundering Act. Cela, après la découverte de Rs 220 millions à son domicile à Riverwalk. Navin Ramgoolam avait lors d’un entretien exclusif à ION News expliqué la provenance de l’argent saisi chez lui.

Le leader du PTr participait ce 18 septembre à une cérémonie de dépôt des gerbes au samadhi de sir Seewoosagur Ramgoolam au jardin botanique de Pamplemousses. Dans une déclaration à la presse, il a affirmé que les prochaines législatives seront aussi importantes que celles de 1967. «Parski bann morisien bizin retrouv zot liberte», explique l’ancien Premier ministre.

Facebook Comments