L’abolition des peines de prison pour les consommateurs de gandia sera-t-elle envisagée ? Pravind Jugnauth n’y a pas répondu directement. Précisément seulement qu’il n’est pas question de considérer cette mesure pour la possession de drogues dangereuses. Mais que la Cour peut, en toute discrétion, décider quid, de l’amende ou de l’incarcération, est la sanction la plus appropriée.

Xavier Duval a aussi proposé d’annuler la mention de ce délit sur le Certificate of Character. Quand la condamnation remonte à plus de cinq ans, aucune mention n’en est faite, a assuré le Premier ministre durant la Private Notice Question de ce mardi 15 mai.

Qu’en est-il de l’utilisation du cannabidiol pour les soins médicaux ? a voulu savoir Duval du chef du gouvernement. Ce dernier dit que cette recommandation n’émane pas de l’Organisation mondiale de la Santé, tout comme elle ne s’est pas prononcée sur la dépénalisation. Mais Duval a maintenu sa position et déposé des documents à l’Assemblée nationale (voir les guidelines de juillet 2014 et la Déclaration conjointe des Nations unies, dont l’extrait concerné est ci-dessous).

[suite de l’article plus bas]

Extrait de la Déclaration conjointe des Nations unies, datant du 27 juin 2017, relatifs aux discriminations dans les établissements de soins. Est mentionnée la dépénalisation dans le cas de consommation ou de possession de drogue pour usage personnel.

De janvier 2014 à décembre 2017, 2 336 personnes ont été arrêtées et inculpés provisoirement de possession de cannabis dans 2 276 cas rapportés. De celles-là, le nombre des personnes qui ont fait face à des charges formelles s’élèvent à 1 513.

L’élaboration du National Drug Control Master Plan propose des stratégies pour réduire l’utilisation et le trafic des drogues. Jugnauth a confirmé que le comité technique siège sur les questions soulevées par les experts qui ont travaillé sur le rapport. Lorsque finalisé, le document sera débattu au niveau du Cabinet, a-t-il assuré de nouveau. «Whatever will be approved will be made public», a assuré Pravind Jugnauth face à Duval. Le leader de l’opposition réclamait des chiffres et voulait savoir si l’ébauche soumise il y a huit mois se basait sur des études et des données empiriques.

Le leader de l’opposition a également exigé des réponses sur la date du publication du. «Some time has to be taken to do serious work», s’est défendu le chef du gouvernement.