C’est le Central Criminal Investigation Department qui a pris le relais dans cette affaire. C’est ce qu’ont appris aujourd’hui les artistes impliqués dans les incidents du 30 décembre, alors qu’ils s’étaient rendus au poste de police d’Abercrombie pour leur déposition. Comme en Cour intermédiaire le 31 décembre et le 4 janvier, d’autres chanteurs, musiciens et producteurs se sont mobilisés.

Le mot d’ordre : la détermination devant ce « combat » pour la justice – une plainte pour brutalité policière a été déposée à la National Human Rights Commission – et, plus largement, contre le piratage.

Tous, affirme Bruno Raya, sont « déterminés à aller jusqu’au bout ». Qui prévient que des « actions pacifiques » ne sont pas à écarter pour faire valoir leurs droits. Il est urgent, fait valoir Siva Pareemanun, de Dodo Music, que la Copyright Act soit amendée pour combler les nombreux manquements et lacunes du texte de loi.

Après leur escale au poste de police d’Abercrombie, les artistes ont été reçus par Dan Baboo, ministre des Arts et de la Culture.