C’est certes la prérogative du Premier ministre de décider de qui est « electable » ou non pour les élections générales qui pourraient se tenir en novembre prochain. Mais Tassarajen Pillay Chedumbrum estime qu’il dispose d’un bilan solide après quasiment 5 ans passés au ministère des Technologies de l’information de la communication. Néanmoins, intérogé sur ce qu’il fera s’il n’obtient malgré tout pas de ticket, Pillay Chedumbrum est catégorique : « Born Labour, die Labour ».

Le ministre travailliste a inauguré ce soir la ICT Academy à la Cyber Tour d’Ebène.