La solution coréenne a été préférée à la sud-africaine. Selon les recommandations de Korea Expressway Corporation, les 300 mètres de route abîmée seront entièrement reconstruits avec des matériaux plus adaptés à la nature du sol. C’est ce qu’ont expliqué les techniciens de la Road Development Authority, ce 26 avril. Les travaux, qui coûteront Rs 283 millions hors taxes, s’étaleront sur 300 jours.

Présent lors du lancement des travaux, le ministre Nando Bodha a expliqué que le ministère des Infrastructures publiques va se doter d’un laboratoire qui lui permettra de mener des études géotechniques afin de vérifier la nature des sols avant le démarrage des travaux.

A une question de la presse, le ministre a une nouvelle fois affirmé que le secteur du transport public en bus ne souffrira pas de la mise en place du Metro Express. Promettant qu’au contraire, celui-ci se modernisera et se consolidera.