Que le tribunal en vue de la destitution d’Ameenah Gurib-Fakim soit institué. Et que la présidente de la République reste en poste pour y défendre son honneur. C’est le souhait de huit travailleurs sociaux et de Salim Muthy, réunis en comité de soutien à Ameenah Gurib-Fakim.

Elle n’a rien fait de mal, disent-ils, en utilisant une carte de crédit de la Planet Earth Institute, ayant remboursé ses dépenses. Et de souligner l’hypocrisie des politiciens dans cette affaire, ainsi que les nombreuses casseroles que traîne le gouvernement.