L’eau embouteillée de diverses grandes marques est contaminée par de minuscules particules en plastique. C’est ce que révèle une étude de chercheurs américains, publiée il y a une semaine. A Maurice, les autorités se sont rendues, hier, dans certaines entreprises pour collecter des échantillons, note Jayen Chellum. Celui-ci et l’Association des consommateurs de l’île Maurice sont d’avis, cependant, que les analyses devraient concerner tous les types d’emballages alimentaires plastique, et pas que les bouteilles.

Les effets des microparticules de plastique sur la santé sont encore inconnues. Et selon Sherri Mason, responsable de l’étude publiée sur Orb Media, elles pourraient provenir «de la bouteille elle-même, de son bouchon ou du processus industriel d’embouteillage». Des microparticules ont été détectées dans de l’eau qui était dans des bouteilles en verre, démontre l’étude.

Les marques testées ne sont pas des moindres : Aqua, Aquafina, Dasani, Evian, Nestle Pure Life ou encore San Pellegrino. Cette dernière est fabriquée par Nestlé et commercialisée par Scott & Co. Ltd. La compagnie, à travers un communiqué relayant celui de Nestlé, veut «rassurer les Mauriciens sur la qualité des produits que nous produisons».

Nestlé fait ainsi ressortir que la marque San Pellegrino, comme d’autres depuis deux ans, fait l’objet de tests pour déceler les particules de plastique. Ce processus est intégré dans le plan de suivi annuel, poursuit le communiqué. «A ce jour, nous n’avons pas décelé de particules de plastique au-delà de l’état de traces», souligne Nestlé. Et d’ajouter qu’il n’y a pas encore de preuves scientifiques quant à l’impact de ces substances et pour déterminer s’il faut un seuil d’exposition. C’est toutefois une question que Nestlé prend au sérieux.