Ils étaient trois, pancartes à la main, face à l’hôtel du gouvernement, ce mercredi matin. Si Jean-Georges Verloppe affirme vouloir déménager pour peu qu’on lui offre une aide pour se réinstaller, l’avocat Krisna Sawoo, plaide, lui, pour l’arrêt des travaux. Le temps d’évaluer précisément les conséquences sociales du projet Metro Express. Louis Eddy Joson, animateur du groupe Debout Citoyen affirme, lui,que le projet du gouvernement doit être avorté.