La direction d’Air Mauritius a consenti à l’augmentation des salaires de 10%. L’heure n’est pas pour autant à l’apaisement du côté de l’Intersyndicale, qui comprend l’Air Mauritius Staff Association, la Private Transport Employees Union et l’Union of Employees of Air Mauritius Ltd. Le regroupement syndical est, en effet, sur le pied de guerre sur la question des arrérages. Il brandit la menace d’une grève si les détails des paiements ne sont pas connus d’ici fin novembre.

Le grief ? Le comité technique mis sur pied pour discuter des modalités de paiement «ne fonctionne pas» comme il se doit, soutient Ivor Tan Yan, négociateur syndical. Alors que le prochain cycle de négociations portant sur un nouvel accord collectif doit démarrer en avril 2019.

Autre point noir pour l’Intersyndicale : les fonds de pension. Les deux auxquels contribuent les employés d’Air Mauritius devraient fusionner, estime le regroupement syndical.

Du côté de la compagnie d’aviation, on préfère s’abstenir de tout commentaire à ce stade.