C’est décidé. Ces 14  ex-employés de la Mauritius Duty Free Paradise entameront une grève de la faim le 19 juillet. Ils espèrent ainsi attirer l’attention sur leur cas.

Estimant leur renvoi injustifié, ils se sont tournés vers le bureau du Travail en déposant plainte.

Jack Bizlall explique que la boutique hors taxe a enfreint plusieurs dispositions de l’Employment Relations Act. Certes, ces anciens employés ont été compensés à hauteur de 3 mois par année de service – ils en comptent un peu plus de trois. Cependant, ils n’étaient pas rémunérés selon l’accord collectif en vigueur, explique le syndicaliste. Outre le renvoi justifié, la MDFP leur doit donc des arriérés sur leurs salaires, soutient Bizlall.

Sur 23 employés renvoyés, 9 ont accepté la compensation qui leur avait été offerte. Leur dernier jour de travail était le 31 mai.

Le porte-parole de la Federation of Progressive Unions conteste également l’exercice de recrutement initié récemment par la MDFP. Un avis est paru, dit-il, dans un journal du samedi 8 juillet pour des postes de Sales Assistant, soit les mêmes postes que ceux des employés licenciés.

Bizlall estime, par ailleurs, que le CEO de la MDFP, est un «pantin» qui agit sous les directives d’un «proche de Pravind Jugnauth».