Motus et bouche cousue sur la politique et les relations rouge-mauve. C’est uniquement sur la situation des municipalités que Patrick Assirvaden s’est prononcé hier. A la sortie d’une réunion avec les trente conseillers municipaux travaillistes, le mot d’ordre du président du PTr est clair : diriger là où les travaillistes sont majoritaires et faire de l’opposition là où ils sont minoritaires. Assirvaden affirme ainsi que son parti n’entend pas rentrer dans les « guerres » ou les « combines » des deux partis de l’opposition.