C’est un album qui est sorti sans tambour ni trompettes. Mais dont les ambitions ne sont pas moins grandes. Diffusé il y a environ deux semaines dans le cadre de la Journée mondiale de la langue et de la culture créoles, Leritaz sega veut justement valoriser cette langue à travers des chansons appartenant au patrimoine mauricien et rodriguais.

Cinq titres, dont trois reprises que le public mauricien connaît bien. Une composition inédite de Marclaine Antoine, Kukuyu, et un morceau plus contemporain, Kadakak. Ce dernier, au son plus rock et plus électrique, pour montrer que le sega est « un gateway ouvert à tout », souligne Yann Durhone, manager du Sapin Café Culture, qui a piloté le projet.

Cette première production du Sapin Café Culture, réalisée avec le soutien du Nelson Mandela Centre for African Culture, est disponible gratuitement sur Soundcloud et YouTube. Des concerts sont prévus, de même que des clips et un reportage, pour que le public puisse aussi apprécier Leritaz sega autrement. Un deuxième volume est aussi en préparation.

Photo : Jimmy Harmon, directeur du Nelson Mandela Centre for African Culture, et Yann Durhone, manager du Sapin Café Culture.