Que faire d’un vieux frigo qui ne marche plus ? De cet ordi dépassé qu’on n’utilisera plus ? Ou encore de ce poste de télé qui ne peut plus être réparé ? Nombre d’appareils électriques et électroniques se retrouvent dans les bennes de camions à ordures et parfois, malheureusement, aux abords de nos cours d’eau. Pour se débarrasser de et gérer les e-waste de manière responsable, le ministère de l’Environnement et la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) s’associent. Raj Dayal, ministre, et Hélène Echevin ont signé cet après-midi un protocole d’accord en ce sens.

« Il faut maintenant détailler, fait valoir la présidente de la MCCI, comment cela va fonctionner en détaillant les responsabilités de chacun. » Que ce soit au niveau du gouvernement, de l’importateur, du revendeur ou du consommateur. La MCCI mettra ainsi sur pied une Importers Responsibility Organisation. Celle-ci sera chargée de mettre en place le système de collecte, de transport, de tri, de recyclage et d’exportation par rapport au e-waste.

Le ministre de l’Environnement rappelle, de son côté, que la vision de Maurice « plus propre et plus verte ». Outre la gestion des déchets électriques et électroniques, Raj Dayal dit plancher sur le projet « waste-to-energy ». Il sera également question de tri à Mare-Chicose,  où les quelque 60% de déchets verts sur les 500 000 tonnes qu’accueille la station d’enfouissement seront transformés en compost. Celui-ci sera, par la suite, distribué gratuitement au public.