La Federation of Taxi Hotels Association ne décolère pas. Et elle compte bien, cette fois-ci, mener son opération escargot dans la capitale. Le go-slow est maintenu pour le 3 août, indique Yashpal Murrakhun.

Leurs griefs : le fait que certaines recommandations du comité interministériel présidé alors par Xavier Duval ne soient toujours pas mises en œuvre. Cela laisse le champ libre à une concurrence déloyale de la part de tour-opérateurs, affirme le syndicat.

Une réunion avec des cadres du ministère du Tourisme, hier 26 juillet, ne change rien à leur détermination, explique le président de la FHTA. Qui déplore également l’absence du ministre de tutelle, Anil Gayan, à cette rencontre ainsi que le silence de son collègue du Transport, Nando Bodha, sur leur sort.

La FHTA reproche, en outre, à Gayan, ses propos du 11 juillet au Parlement. Le ministre du Tourisme avait déclaré que le modèle économique des taxis basés auprès d’hôtels est un modèle du passé qui n’est pas viable.

Atma Shanto, négociateur de la FHTA, prévient : ce sont quelque 1 400 taxis qui risquent de gêner grandement la circulation à Port-Louis, le 3 août prochain.