Il se dit « intéressé à être leader » des rouges. Shakeel Mohamed estime toutefois ne pas être celui qui incarne « les meilleures chances » du Parti travailliste (PTr). Car, dit-il, on ne peut faire fi des réalités politiques de Maurice. Navin Ramgoolam demeure la « meilleure chance » pour le PTr, selon Shakeel Mohamed. Qui estime que les nombreux déboires de l’ex-Premier ministre avec la justice depuis début 2015 ne déboucheront pas sur des condamnations. Une opinion que partagent certains membres du gouvernement, selon notre invité de ce mercredi.

Les liasses découvertes dans les coffres-forts de Navin Ramgoolam ? Des contributions politiques, maintient Shakeel Mohamed. Qui auraient éventuellement servi à construire un nouveau QG pour le parti. Tout comme sir Anerood Jugnauth, poursuit-il, a utilisé l’argent obtenu à travers le financement politique pour ériger le Sun Trust.

Le PTr, assure Shakeel Mohamed, « ne peut pas être détruit ». Le parti doit cependant se réinventer, estime le politicien. En revenant « vers la base », en proposant une vision nouvelle, en reconsidérant sa manière de faire la politique, en recrutant de nouveaux cadres. Le PTr a donc besoin de temps et n’est, à l’heure actuelle, « pas prêt pour reprendre le pouvoir ».

Revenant sur les allégations de Kathi Lynn Austin sur un trafic d’armes à travers Maurice, Shakeel Mohamed estime une commission d’enquête nécessaire. Il note toutefois qu’au niveau du gouvernement, celui-ci ne semble pas avoir de « réelle volonté » pour cela.

Revoyez l’intégralité de notre émission ‘L’interview’, avec pour invité cette semaine Shakeel Mohamed.