La « non-réponse » de sir Anerood Jugnauth, les « attaques » personnelles, les amendements à la loi Bhadain…. A l’ajournement des travaux parlementaires aujourd’hui , les députés travaillistes ont animé un point de presse durant lequel ils sont revenus sur certains faits de cette séance.

Sir Anerood Jugnauth, avance Shakeel Mohamed, a « dérapé » au lieu de répondre à la question qui lui avait été adressée. Celui-ci a balancé au chef de file des rouges au Parlement un commentaire concernant « Gorah Issac ». Des propos, qu’il qualifie de « menaces » et d’« attaques », que le député travailliste a vivement condamnés. Tout comme il déplore la réaction de la Speaker Maya Hanoomanjee. Cette dernière, dit-il, a « démontré que nous avons raison de douter qu’il n’y a pas d’impartialité ».

Pour le Parti travailliste, les amendements proposés par Roshi Bhadain sont  « cosmétiques ». Shakeel Mohamed rappelle que la présidente de la République s’est prononcée sur le Good Governance and Integrity Reporting Bill avant même que celui-ci ne soit présenté. Et de s’interroger : « Comment peut-on s’attendre à ce que madame la présidente fasse preuve d’indépendance et qu’elle n’agira pas comme un rubber stamp pour tout ce que décidera le gouvernement ? »

Les rouges sont également revenus sur la Private Notice Question de ce matin, à laquelle le ministre des Finances a répondu à la place du Premier ministre. Pour Ezra Jhuboo, c’est là une « occasion manquée » d’apporter des éclaircissements sur le traité fiscal Inde-Maurice. Shakeel Mohamed rappelle, pour sa part, que c’est le droit du parlementaire de poser des questions et le devoir aux ministres et au Premier ministre d’y répondre.