Dix-sept jours après le séisme dévastateur qui a laissé le pays en ruine et fait plus de 8 000 morts et au moins 17 800 blessés, le Népal est de nouveau frappé par un fort tremblement de terre. Survenu à 68 kilomètres (km) à l’est de la ville de Namche Bazar, non loin du Mont Everest.

Si dans un premier temps, le US Geological Survey a estimé sa force à une magnitude de 7,1, celle-ci a par la suite été revue à 7,3. Les ondes de choc ont été ressenties jusqu’à Delhi et Dakha, capitales de l’Inde et du Bangladesh.

Selon les premières informations officielles, 42 morts et plus de 1 100 blessés sont à déplorer au Népal. Quatre autres personnes sont décédées en Inde, dans des régions situées sur la frontière népalaise, et une au Tibet après des chutes de pierres. Plusieurs répliques ont suivi le tremblement de terre de ce matin.

Un vent de panique a soufflé sur Katmandou et ailleurs. Les habitants se précipitant dans les rues et appelant, inquiets, leurs proches. Les commerces ont fermé leurs portes. Par mesure de précaution, l’aéroport de Katmandou a aussi été fermé.

Ce nouveau séisme survient alors que le Népal est en pleine crise humanitaire. Les secours peinent, en effet, à atteindre les régions les plus reculés de cette petite nation himalayenne, des routes ayant été emportées lors d’avalanches. L’Organisation des nations unies (Onu) a lancé un appel pour des aides de l’ordre de 415 millions de dollars. A la semaine dernière, elle n’avait reçu, dit-elle, que 22 millions de dollars. Plus de trois quarts des bâtiments de Katmandou sont jugés inhabitables ou dangereux, selon des ingénieurs qui ont examiné quelque 2 500 structures, début mai.
Vidéo (James Shaw / Canadian Red Cross): Images d’une avalanche près de Dhunche, non loin de l’épicentre du tremblement de terre de ce matin.

Sources : The Guardian, France TV Info, Le Monde – Photos : Xinhua/Rex/Shutterstock et Mast Irham/EPA