S’il dit comprendre le « soulagement » de Pravind Jugnauth et de sa famille, Paul Bérenger est toutefois plus circonspect quant au jugement de la Cour suprême en sa faveur. Car certains aspects, estime le leader du MMM, « feront qu’il sera difficile, voire impossible, de condamner quelqu’un pour conflit d’intérêts, même s’il est coupable ». Des amendements à la Prevention of Corruption Act, poursuit le leader des mauves, doivent être envisagés pour « clarifier tout ce qu’il faut » et « éliminer les ‘loopholes’ ».

Paul Bérenger a aussi abordé le Protection from Domestic Violence (Amendment) Bill, qui sera présenté au Parlement le 31 mai. S’il estime que globalement, c’est un « bon » projet de loi, il souligne toutefois que celui-ci peut toujours être amélioré.

Le leader des mauves s’étonne ainsi que rien ne figure dans le texte de loi quant au fait que jusqu’ici, l’adultère est considéré comme circonstance atténuante dans les crimes passionnels. Bérenger relève également « l’ambiguïté » quant au viol conjugal dans la section qui étend la définition de la violence domestique.

Le leader du MMM lance un appel au gouvernement pour que le vote du Protection from Domestic Violence (Amendment) Bill ne se fasse pas dans la précipitation. L’adoption est, en effet, prévue pour ce mardi.