Apollo Bramwell, Courts, Iframac… Les 704 personnes du groupe BAI, licenciées par les Special Administrators, pourront reprendre le travail dès demain. Le gouvernement a annoncé aujourd’hui l’annulation de leur renvoi, pourtant décidé par les Special Administrators nommés pour gérer la liquidation du groupe fondé par Dawood Rawat.

Le maintien des emplois n’est cependant pas à considérer comme « un blâme pour l’administrateur », avance Soodesh Callichurn. Qui explique que ce dernier « n’a pas suivi les procédures prévues dans la loi dans le cadre de licenciement ». Mais que les employés qui avaient perdu leur emploi – dont ceux de l’hôpital Apollo Bramwell, de Courts, d’Iframac, de Bramer Asset Management et de Bramer Global Services –, « ne sont nullement responsables de ce qui arrive au groupe BAI ».

Pour les employés de GRNW Boat Yard, toutefois, la situation reste malheureusement inchangée, indique le ministre Callichurn. La compagnie a déjà fermé ses portes, poursuit-il, et il y a déjà un arrangement concernant le règlement des salaires et des préavis dus aux employés remerciés.

Courts, Iframac et Apollo Bramwell sont les « fleurons » du groupe BAI dont le gouvernement espère tirer « le meilleur prix », a pour sa part indiqué le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo. Pour en préserver la valeur, « il est important que ces entreprises opèrent normalement », a-t-il souligné. D’où la décision du gouvernement d’ouvrir une ligne de crédit afin d’assurer « tous les salaires » de ces trois entreprises. Cela, jusqu’à ce que des repreneurs prennent la relève.

Entre mai et juin, a dit Lutchmeenaraidoo, le gouvernement devra trouver Rs 6,2 milliards afin d’assurer le remboursement des clients lésés.