Pour être réintégré, Frédéric Gébert a dû soumettre à Air Mauritius une lettre dans laquelle il reconnaît ses torts et ceux de ses camarades pilotes dans les récentes perturbations. L’affirmation vient de Jack Bizlall. Négociateur pour les syndicats des pilotes, il a eu une rencontre ce matin au ministère du Travail pour aborder, entre autres, cette question.

Le syndicaliste insiste sur la nomination d’un médiateur indépendant pour régler à la fois le litige sur la réintégration des pilotes licenciés, en fin de semaine dernière par la compagnie d’aviation nationale, mais aussi les conditions de travail sur lesquelles l’entreprise et ces employés ne sont pas d’accord.