Les déchets représentent des opportunités de croissance économique. Les 5Rencontres Réunion/Maurice du développement durable ont accueilli des forums de discussions sur la gestion de l’eau et des déchets.

Il en est ressorti qu’afin de faire de la gestion des déchets une opportunité de création d’emplois et d’activités, il fallait qu’elle soit « partagée ». Dans son intervention, Eric Leung, président de la Commission Développement International, a expliqué qu’il faut mutualiser les ressources dans la région.

Il cite comme exemple une usine de traitement de pneus usagés à La Réunion qui requiert 10 000 tonnes de pneus par an pour fonctionner. Or, La Réunion n’en produit que la moitié. Selon lui, la solution serait donc de faire venir les pneus usagés des autres îles de l’océan Indien.

Cette problématique se pose aussi à Maurice. Lors de ces rencontres, Gérard Merle, Senior Manager – Ingénierie et Production des boissons non alcoolisées de Phoenix Bev, a annoncé que la compagnie projette de se lancer dans le bottle-to-bottle. Cette technologie permet le recyclage de bouteilles en plastique usagées en bouteilles neuves.

Elle nécessitera la production de 500 kilos de plastique par heure. Cela n’étant pas réalisable sur le territoire Mauricien, la compagnie envisage d’importer les bouteilles en plastique des autres îles de la région.

Au niveau de la Commission de l’océan Indien, Maurice se place parmi les leaders en matière de traitement des déchets. Selon un rapport datant de 2014, 8 types de déchets peuvent être traités au niveau régional, représentant ainsi des opportunités pour le secteur privé.  Ils sont le plastique, la papeterie, les pneus, les huiles usées, les déchets électroniques et électriques, ainsi que les métaux.

Recyclage Valorisation Environnement (RVE), une compagnie de traitement des déchets réunionnaise présente à Maurice, démontre déjà des compétences en la matière. La compagnie, qui compte onze ans d’existence, traite des déchets professionnels à hauteur de 7 000 tonnes par an à La Réunion et 100 tonnes à Maurice.

Si à La Réunion, RVE traite divers appareils électroniques et électriques, à Maurice elle ne traite que des appareils électroniques notamment des ordinateurs, cela malgré un protocole d’accord signé entre le ministère de l’Environnement et la Chambre de commerce et d’industrie de Maurice.

Photo : Une centrale de traitement des déchets de Recyclage Valorisation Environnement, à La Réunion.