« La technologie a devancé la sécurité », avance Frank Schettini. Or, explique le Chief Information Officer d’ISACA, pour que les entreprises puissent se protéger des cyberattaques, il faudrait que la sécurité soit incluse dans leurs cadres de gouvernance. Cela permet d’identifier les ressources qui seront requises à tous les niveaux, de la stratégie à la mise en œuvre de projets, poursuit l’expert. Celui-ci, de même que son collègue Tim Mason, Chief Marketing Officer, ont animé ce matin un breakfast forum sur ce sujet à l’hôtel Hennessy Park, à Ebène, en collaboration avec le Mauritius Institute of Directors.

Tim Mason a, pour sa part, souligné les difficultés des entreprises et gouvernements, à Maurice et ailleurs. ISACA a ainsi profité du forum pour présenter les programmes, formations et solutions que propose cette association à but non lucratif en matière de protection. Soit le COBIT 5 et le Cybersecurity Nexus. Il est important, fait ressortir le Chief Marketing Officer, que les compagnies puissent continuer à évoluer et à innover par le biais de la technologie.

La gouvernance des technologies de l’information, indique de son côté Jane Valls, relève de la responsabilité des conseils d’administration et a un double objectif. D’une part, « s’assurer que les objectifs de l’entreprise sont soutenus par l’informatique ». Et, d’autre part, assurer la sécurité informatique. Cela afin de protéger les données confidentielles que gère chaque entreprise.

Iqbal Sodul, président d’ISACA (Maurice), indique que l’association compte s’implanter en Afrique. D’où l’organisation, ce lundi 26 octobre, d’un autre atelier sur les opportunités économiques dans la région.