Pravind Jugnauth réaffirme qu’il n’a pas reçu d’argent de Peroomal Veeren. Que ce soit directement ou par le biais d’intermédiaire. Le Premier ministre a, toutefois, peu goûté d’être pressé de questions sur les allégations du trafiquant de drogue à son encontre et sur la suite qu’il compte y donner.

«Ninport ki bachara fer deklarasion, mo bizin al fer enn lanket?» s’est-il exclamé à une question d’un confrère de Radio Plus. Pravind Jugnauth de poursuivre : «Mo pou gete, e mo pe dir lapopilasion gete, dan ki kan sakenn pou met zot.» Perdant son calme, le Premier ministre est même allé jusqu’à accuser ce journaliste de se mettre dans le camp de Peroomal Veeren.

Ce n’est pas sans peine que les journalistes présents à l’inauguration de la Rodrigues Student House, à Vacoas, ont pu recueillir les propos de Pravind Jugnauth. Ses gardes du corps faisant systématiquement barrage. Des journalistes ont été malmenés, se faisant bousculer, tirer par le col, marcher sur les pieds. Une consœur a même été prise à bras-le-corps parce qu’elle s’adressait au Premier ministre au moment des rafraîchissements.

Plus tôt, au concert organisé dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale de la jeunesse au MGI, à Moka, la consigne avait été stricte : aucune question au Premier ministre. Si les festivités avaient démarré dès 11h30, Pravind Jugnauth est, lui, arrivé sur les lieux à 13h.

Le Premier ministre a, par ailleurs, attribué la seule présence de la MBC et de Top FM pour sa déclaration à sa descente d’avion, ce jeudi 10 août, à un «manquement» dans son service de communication.