« Pa pou retourn lor lari. » Anwar Husnoo campe sur sa position vis-à-vis des marchands ambulants exerçant dans la capitale. Le ministre des Collectivités locales a reçu des représentants du front commun des colporteurs cet après-midi pour une réunion qui ne devait être qu’une formalité et qui, au final, a duré deux heures. Ces derniers sont d’accord, dit Husnoo, pour occuper les espaces qui leur ont été alloués.

Tous veulent « trouver une solution », a fait ressortir Oumar Kholeegan, même si cette rencontre aurait dû avoir lieu il y a « une dizaine de jours », dit le lord-maire. Celui-ci était aux côtés d’Anwar Husnoo, de même que des représentants de la police et des officiers des Collectivités locales.

Aux marchands ambulants qui réclament un espace couvert, le ministre répond : « Nous allons considérer cela mais il faudra du temps» En ce qui concerne les bus qui stationnent devant la place Decaen, gênant ainsi le passage, Husnoo indique en avoir discuté avec son collègue Nando Bodha. Les autorités compétentes, poursuit-il, se pencheront sur les moyens de rendre ce lieu plus accessible.

Depuis le 18 avril, un bras-de-fer s’est engagé entre les autorités et les marchands ambulants qui ne sont plus tolérés dans les rues de Port-Louis et réfractaires dès le départ au projet de relogement actuel. Il y a eu des protestations, des manifestations, quelques arrestations de marchands ambulants dont Hyder Rahman. Depuis, « plus de 50% des marchands sont déjà installés », souligne Husnoo. « On va voir comment aménager pour les aider à ‘settle down’ », assure-t-il, en attendant la transformation des deux gares de la capitale.

C’est ce projet qui est « notre plus grosse inquiétude », relève Hyder Rahman, de la Street Vendors Association et membre du front commun. Après la réunion d’aujourd’hui, il se dit toutefois rassuré : « Le ministre m’a donné sa parole que le projet démarrera en juillet. » La réunion s’est très bien passée, dit-il, avec environ 75% de leurs revendications ayant abouti. « Le ministre a demandé trois, quatre jours pour se concerter avec le gouvernement » sur les 25% restants, précise Rahman.

Ce dernier quart concerne notamment les marchands ambulants dûment enregistrés mais qui n’ont pas obtenu d’étals. Dès demain, Hyder Rahman remettra une liste de 189 noms au lord-maire. Liste que celui-ci dit attendre depuis janvier, après le premier exercice de tirage au sort.

La municipalité procédera alors aux vérifications d’usage avant de procéder à un nouveau tirage au sort pour les places Decaen et de l’Immigration, en fonction des disponibilités.

Hyder Rahman a suggéré trois sites supplémentaires : le lieu dit Lakaz kase à la gare Victoria, le parking à côté du bâtiment de la LIC, et la place Monneron. Si des discussions sont déjà engagées pour d’autres sites, note Kholeegan, ceux-ci ne seront considérés que s’il faut de la place additionnelle. La municipalité procédera également à un nouveau relevé des marchands ambulants pour s’assurer que tout est en ordre.

Hyder Rahman espère que les « compromis » consentis par les colporteurs ne seront pas en vain. « Il y a eu une certaine flexibilité des deux côtés, commente-t-il, pourquoi ne pas collaborer dans l’intérêt de la ville et de nos familles ? »