L’enquête diligentée en mars par le ministère de la Santé a livré ses conclusions. Il n’y a aucune preuve que des médicaments périmés ont été distribués au public. Les investigations font suite à des articles de presse, a indiqué Anwar Husnoo au Parlement aujourd’hui.

Le ministre de la Santé reconnaît cependant que le stockage de médicaments demeure un problème. Ces services ne disposant toujours pas d’espace approprié pour cela. Le rapport soumis à la suite de l’enquête menée en mars souligne d’ailleurs la nécessité d’une telle structure et de l’informatisation de la gestion de stock. Augmenter le nombre de personnel et éduquer le public sur l’utilisation des médicaments à la maison figurent aussi au rang des recommandations faites.

Le ministre de la Santé Anwar Husnoo a assuré que sur une base mensuelle, les officiers pharmaceutiques effectuent une visite dans les centres de santé publique pour inspecter les stocks de médicaments et notamment vérifier les dates d’expiration des médications.

Husnoo est d’accord avec le député MMM Aadil Ameer Meea : l’informatisation de la gestion de stock est plus qu’urgente.

Pour ce qui est de l’espace de stockage, l’appel d’offres pour un lieu de 50 000 mètres carrés s’est révélé infructueux. Husnoo a, en revanche, visité un site à Castel la semaine dernière. «Si tout se passe bien, dans un mois on pourra transférer une partie des médicaments», annonce Husnoo. C’est là une mesure temporaire en attendant un lieu de stockage permanent, a assuré Husnoo sous un tap latab.