Le directeur de l’Audit a pointé du doigt des choses « effarantes » sur la gestion de l’éducation, estime Steven Obeegadoo.

Le rapport sur les dépenses publiques a été publié cette semaine.

Il y a gaspillage de l’argent des contribuables, affirme son collègue Veda Baloomoody, « par manque de planification » au niveau du ministère de l’Education. Et de citer les manuels scolaires livrés en retard ou mis de côté à cause de la réforme éducative et du nouveau programme scolaire. Ou encore les écoles polytechniques : les campus sont prêts, relève le membre du MMM, mais ne sont toujours pas opérationnels.

Il y a aussi gaspillage des ressources humaines, soutient Obeegadoo. Celui-ci s’est étendu sur une analyse des taux de réussite au niveau du Certificate of Primary Education, du School Certificate, et du Higher School Certificate. Il n’y a pas de réel progrès, dit-il, sur le long terme, mais une stagnation, voire un recul.

Or, relève Obeegadoo, l’éducation est le deuxième ministère le plus budgétivore. Pourtant, le retour sur investissement est une « catastrophe » au vu des résultats à ces examens.

La ministre de l’Education Leela Devi Dookun-Luchoomun, insiste-t-il, devra s’expliquer.

La commission de l’éducation du MMM organise, par ailleurs, un forum public sur la réforme de l’éducation. Le panel réunira des pédagogues et d’anciens ministres de l’Education ainsi que l’actuelle titulaire du poste. La rencontre est prévue le vendredi 7 avril, à 17h à Rose-Hill.